Le paysage

Probablement le plus vieux thème artistique… un processus de création

Le paysage est présent partout. Où qu’on soit et qu’on s’arrête pour observer (de la manière la plus arbitraire qu’elle soit), il surgit. Avec polyvalence, il se développe peu à peu. D’abord il peut nous sembler objectif puisqu’il se présente à nous dans toute sa splendeur. Ainsi, il agit comme une sorte de matière détenant un potentiel créateur probablement infini. Dans un deuxième temps, on s’en inspire et on se l’approprie. Il devient donc subjectif. L’œuvre s’articule et s’organise tout au long de son propre processus de création. Une fois terminée, elle renverse la dynamique précédemment décortiquée: l’œuvre devient à son tour « paysage ».

Quelle gymnastique!

L’intérêt de mon travail artistique s’articule en ce sens: exploiter cette dynamique des sens. Expérimentant le paysage en peinture, il se transforme constamment. La matière évolue, la couleur évolue, l’espace évolue, etc.

Mouvance et fragmentation…

Publicités